TECHNIQUES VIDÉO

Réalisation de documentaires : un guide étape par étape pour filmer comme un pro

Le documentariste primé et ambassadeur Canon Joel Santos partage ses meilleurs conseils pour raconter des histoires via la vidéo.
L'ambassadeur Canon Joel Santos accroupi parmi les fougères dans une forêt avec son appareil photo Canon.
Tout le monde a une histoire à raconter - et quelle meilleure façon de partager la vôtre qu'avec un documentaire vidéo de haute qualité, tourné à l'aide d'un appareil photo Canon EOS ? Joel Santos, ambassadeur Canon, cinéaste et photographe primé, adore découvrir des histoires fascinantes et les filmer. Il a tourné et produit plus de 50 documentaires télévisés, se déroulant à la fois dans son pays natal, le Portugal, et à travers le monde. Ici, il partage ses conseils avisés pour les passionnés qui souhaitent réaliser leurs propres documentaires.

1. Une histoire qui vous ressemble

L'ambassadeur Canon Joel Santos debout sous un grand arbre avec son appareil photo Canon.

Le photographe de voyages et documentariste portugais Joel Santos a le don pour capturer des images et des vidéos fascinantes.

La façon la plus simple pour commencer à créer des documentaires est de raconter une histoire qui se passe près de chez vous et qui vous tient à cœur. Joel suggère d'échanger avec des membres de votre famille élargie et de leur poser des questions sur leur passé. « S'il s'agit d'une personne plus âgée, demandez-lui peut-être à quoi ressemblaient les choses quand elle avait votre âge, ou si elle peut vous raconter l'une de ses aventures », dit-il. « Vous pouvez également choisir une personne qui vit dans un contexte urbain ou rural différent du vôtre. » La vie ayant été très différente pour la plupart d'entre nous au cours de l'année passée, cela pourrait faire une histoire poignante.

« Vous devez trouver un sujet qui éveille votre curiosité et vous donne envie d'en savoir plus. Dès que vous l'aurez trouvé, vous aurez une histoire à raconter. J'aime beaucoup l'idée de créer des documentaires basés sur les expériences des amis et de la famille. Certains disent que les documentaires ne devraient pas être personnels, mais moi je dis : pourquoi pas ? Si vous avez une opinion bien arrêtée sur quelque chose qui résonne vraiment avec qui vous êtes, il y a matière à réaliser un documentaire. »

2. Emplacement, emplacement, emplacement

Un appareil photo monté à l'avant d'une voiture, montrant une petite route à travers une forêt.

Joel adore raconter des histoires via la vidéo. « Trouvez votre perspective, votre histoire originale, et laissez la passion vous guider, en aspirant toujours à apprendre davantage et à vous perfectionner à chaque prise », dit-il. Ici, les meilleurs conseils de Joel pour la vidéo donnent également un aperçu de ce qu'est une journée dans la vie d'un documentariste.

Le lieu et l'éclairage sont les pierres angulaires de tout documentaire, mais vous n'avez pas besoin d'un endroit exotique pour raconter une histoire. « Il ne s'agit pas d'avoir une toile de fond pittoresque, car chaque histoire est fondamentalement liée à l'endroit où elle se déroule », explique Joel. « Vous réalisez un documentaire, il est donc plus important de rester fidèle à l'endroit où se déroule l'histoire, que ce soit la maison de quelqu'un ou un immeuble de bureaux. »

« Tout comme pour la photographie, il faut faire attention à l'endroit où tout est positionné dans la scène », ajoute-t-il. « Les couleurs sont-elles correctes ? Y a-t-il un poteau télégraphique qui sort de la tête de quelqu'un ? Même si vous ne mettez pas activement en scène l'histoire lors du tournage de documentaire, vous devez être capable de composer les prises de vue de la meilleure façon possible. Lorsque vous rassemblez tous les éléments de la scène, sont-ils efficaces ? »

Pour Joel, la lumière est la matière première la plus importante à considérer lors du tournage de la vidéo, tout autant que lors de la prise de photos. « C'est la lumière qui va façonner votre sujet, votre lieu de tournage et tout ce qui en découle. Tous ces éléments vont s'acheminer dans le rectangle magique d'un écran qui attire les téléspectateurs et leur donne envie de le regarder. »

Mais n'oubliez pas que vous pouvez peindre des images vives où que vous soyez, indépendamment de l'équipement dont vous disposez. Vous pouvez utiliser la lumière naturelle pour rétroéclairer un sujet ou pour créer des ombres profondes afin d'ajouter une touche de mystère.

3. Visualiser votre scénario

Une femme prend des photos avec un appareil Canon, accroupie parmi des fougères dans une forêt.

Avoir une idée claire et savoir quel sera votre scénario est essentiel lors de la réalisation d'un film et vous pouvez le planifier.

La clé d'une narration efficace est de toujours considérer la façon dont les plans individuels fonctionneront ensemble plus tard. C'est quelque chose qui est facile à pratiquer, même si vous vous lancez dans le tournage d'un documentaire chez vous. « Vous avez besoin d'une scène d'introduction qui révèle où l'action va se dérouler », précise Joel. « Ensuite, vous devez présenter le sujet : son visage, son demi-corps, son corps entier, la personne dans son environnement. Puis vous devez passer à l'action et à la réaction en montrant ses bras et ses gestes. Pendant la prise de vue, réfléchissez à la façon dont les différentes scènes vont s'enchaîner lorsque vous passerez au montage de l'ensemble. Il est également indispensable de garder à l'esprit la continuité : vous pourriez finir par prendre différents plans qui se suivront séquentiellement dans le documentaire. »

« Toutes les bonnes histoires ont besoin d'un apogée. Le documentaire aura plus d'impact s'il se termine par une solution qui donne au spectateur le sentiment d'être récompensé. Cela n'a rien à voir avec la réalisation de vidéos pour Instagram. Vous ne réalisez pas un documentaire pour obtenir des « J'aime ». Vous devez avoir l'esprit d'un journaliste et rester fidèle au sujet et au lieu. »

4. Créer quelque chose d'unique

Une femme debout dans une forêt prend des photos en regardant la cime des arbres.

Expérimentez différentes techniques lorsque vous commencez avec la vidéo et essayez de créer quelque chose d'unique pour vous.

Un cliché pris avec l'appareil orienté vers le ciel, montrant des branches d'arbres qui le remplissent.

Apprenez vraiment à connaître votre sujet et mettez en lumière ce qui est intéressant à son propos.

Joel pense que si vous êtes un documentariste débutant, vous devez être aussi original que possible. « Même lorsqu'une histoire en elle-même n'est pas originale, la façon dont vous la percevrez sera unique. Concentrez-vous sur cela et soyez simplement vous-même, plutôt que d'essayer d'imiter le style de quelqu'un d'autre. »

« Aller au fond des choses en vaut la peine. Y a-t-il quelque chose de spécial à propos de la personne que vous filmez ? C'est ce type d'élément qui fera que votre documentaire sera exceptionnel. Par conséquent, la clé est d'être ouvert, d'interagir avec votre sujet et de trouver ce qui le fascine. »

5. La vie en mouvement

Une femme marchant entre des rochers moussus dans une forêt.

Assurez-vous de filmer sous différents angles pour que votre vidéo finale soit plus dynamique.

Pour Joel, le mouvement est aussi un outil essentiel. « S'il s'agit d'une scène statique sans mouvement, le spectateur perdra rapidement tout intérêt. Vous devez transmettre un sentiment de progression, le sentiment que le temps passe et avance. »

« Jouer avec les angles est une bonne chose. Tirez parti de votre imagination. Ne restez pas enraciné à un seul endroit, n'hésitez pas à vous déplacer pendant que vous tournez », poursuit-il. « Si deux personnes sont dans une scène, changer votre position de prise de vue peut vous aider à capturer l'action et la réaction, et à renforcer les différences de perspective. » La plupart des appareils photo Canon les plus récents sont dotés d'un stabilisateur d'image électronique très efficace pour la capture d'une vidéo, vous n'avez donc pas besoin d'utiliser un trépied pour éliminer le flou de bougé indésirable.

Les modèles Canon EOS R5 et EOS R6 sont dotés d'un système de stabilisation de l'image basée sur un capteur qui aide à contrebalancer tout mouvement dans l'appareil photo. Les objectifs zoom peuvent également être un outil puissant pour modifier la distance focale pendant la prise de vue, tout comme les objectifs avec la stabilisation de l'image et la technologie STM (moteur pas-à-pas) intégrées qui vous permettent une mise au point fluide et quasi silencieuse lors de l'enregistrement de la vidéo.

« Changer fréquemment votre position de prise de vue peut ajouter un sens du rythme », ajoute Joel. « Sans changements d'angles de vision, un documentaire ne sera pas aussi riche. Filmer, c'est comme cuisiner, parfois il faut mélanger les éléments. »

6. Exploiter tout le potentiel de votre appareil photo Canon

« Les appareils photo Canon comme mon Canon EOS R5, ainsi que les modèles plus abordables comme le Canon EOS M50 Mark II, le Canon EOS 850D et le Canon EOS RP, sont dotés de l'autofocus CMOS Dual Pixel, qui fonctionne très bien pour la capture d'une vidéo, tout en vous permettant de passer en douceur d'une zone du cadre à une autre. Ils offrent également l'Autofocus Servo vidéo, qui peut suivre en continu les sujets en mouvement dans le cadre. »

Joel souligne cependant que chaque technique que vous utilisez devrait améliorer l'histoire. « N'utilisez jamais une technique juste pour le plaisir. Si vous souhaitez attirer l'attention du spectateur sur une chose spécifique, la mise au point est l'une des choses qui comptent le plus. Pour un pêcheur, vous voudrez peut-être faire la mise au point sur un poisson dans un filet, puis faire passer le point focal sur le visage du pêcheur pour montrer sa réaction. »

Lorsque vous débutez, Joel recommande de maîtriser l'utilisation de l'ouverture pour créer différents effets cinématographiques. « La lumière, l'exposition, et l'ouverture contrôlent la profondeur de champ. Les grandes ouvertures [valeur f faible] peuvent vous aider à focaliser l'attention sur le sujet en floutant l'arrière-plan », explique-t-il. « Les ouvertures étroites vous offrent une grande profondeur de champ, lorsque vous souhaitez garder des objets proches et éloignés simultanément nets.

« En ce qui concerne les vitesses d'obturation, l'idéal est généralement l'inverse de deux fois la cadence d'enregistrement des images. Par conséquent, si vous photographiez à 25 im./s, il est préférable de viser une vitesse d'obturation de 1/50. Si vous utilisez une vitesse d'obturation plus rapide, les objets en mouvement ont tendance à sembler saccadés plutôt que de se déplacer en douceur. Si vous photographiez sous une lumière vive, vous devrez activer une vitesse d'obturation suffisamment lente avec l'ouverture que vous souhaitez utiliser, et installer un filtre ND (densité neutre) sur l'objectif. Dans l'obscurité, l'utilisation d'une vitesse d'obturation plus lente peut bien fonctionner, car elle améliore le flou de bougé et évite d'avoir à utiliser un réglage ISO élevé qui peut dégrader la qualité de l'image. »

Techniques de Joel : démonstration

  • Un plan d'ouverture imaginatif captera l'attention et enracinera votre documentaire dans le lieu du tournage. Ici, Joel monte un appareil photo sur le capot de sa voiture et utilise l'application gratuite Canon Camera Connect sur son smartphone. Il lui servira de télécommande pour diriger le spectateur dans la scène. L'étape suivante consiste à présenter la personne clé qui fait l'objet du film, en l'amenant sur les lieux.
  • Lorsque vous filmez des personnes en mouvement, l'autofocus avec détection de visage est idéal pour les garder nettes lorsqu'elles se déplacent et s'assurer que l'attention reste focalisée sur elles. Utilisez une vitesse d'autofocus Servo assez rapide pour suivre le mouvement. L'inverse s'applique lorsque vous modifiez le point focal d'une zone d'une scène à une autre, ce qui peut être accentué en utilisant une profondeur de champ étroite, floutant l'arrière-plan. Cette fois, passez à une vitesse d'autofocus Servo plus lente pour créer une transition plus fluide.
  • Ne partez pas du principe que, parce que vous filmez une vidéo, il y aura automatiquement un mouvement dans la prise de vue. Pour garder l'intérêt du spectateur lorsque vous filmez des objets statiques, créez un mouvement en inclinant l'appareil ou en effectuant un filé. Vous pouvez même combiner l'inclinaison et le filé pour créer un effet de mouvement rotatif intéressant.
  • Dans les scènes avec un contraste élevé, il y a un risque que les zones lumineuses deviennent blanches et que les ombres sombres deviennent noires. Utilisez l'option de prise de vue HDR (plage dynamique étendue) de Canon pour une exposition globale plus équilibrée, afin d'atténuer les zones lumineuses et d'accentuer les ombres. Une autre astuce consiste à utiliser un filtre polarisant circulaire. Il vous permettra de réduire les reflets indésirables et d'amplifier les couleurs. De plus, réduire la transmission de la lumière à travers le filtre vous permettra d'utiliser des ouvertures plus larges et d'éviter les vitesses d'obturation trop rapides.
  • Et enfin, ne vous limitez pas aux gros plans sur les locuteurs. Comme tout autre film, un bon documentaire doit avoir du rythme. Modifiez votre position pour filmer sous différents angles ou tirez le meilleur parti de la stabilisation de l'image numérique de Canon pour minimiser le flou de bougé lors des prises de vue à main levée. Cette fonction vous offre la liberté de vous déplacer lorsque vous filmez, au lieu d'être ancré à un seul endroit. Et cela ne s'arrête pas à la prise de vue : un montage créatif et la façon dont vous coupez entre les prises peuvent ajouter une couche supplémentaire de drame et d'intérêt.
Deux pêcheurs de cormorans chinois assis dans de longs bateaux avec des lanternes.

Pour découvrir la démonstration sur les conseils vidéo de Joel, lisez cette histoire* sur la photographie des pêcheurs en basse lumière. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 16-35mm f/2.8L III USM à 24 mm, 1/320 s, f/2,8 et ISO 3200. © Joel Santos

Gardez ces conseils à l'esprit la prochaine fois que vous voudrez raconter une histoire captivante avec votre appareil photo, et vous deviendrez un maître documentariste en un rien de temps.

*Disponible dans certaines langues uniquement.



Écrit par Matthew Richards

Produits associés

Articles liés

  • TECHNIQUES VIDÉO

    Découvrez comment réaliser votre premier court-métrage

    Vous avez une histoire intéressante à raconter ? Et si vous la mettiez en scène dans un court-métrage ? Découvrez comment vous y prendre grâce à ces quelques conseils.

  • Un musicien, un danseur et un footballeur debout devant un mur avec un hibou aux couleurs fluo.

    VLOGS

    Une collaboration créative

    Quatre artistes utilisant un équipement Canon ont uni leurs forces grâce à leurs différentes compétences pour produire un court-métrage exceptionnel.

  • Transformez une sortie en famille en un formidable film fait maison

    TECHNIQUES VIDÉO

    Transformez une sortie en famille en un formidable film fait maison

    Immortalisez de précieux moments passés en famille et découvrez comment tirer le meilleur parti des fonctionnalités vidéo de votre appareil photo EOS grâce au family vlogger Stef Michalak.

  • Matt Adlard, célèbre pâtissier, prend une photo d'un dessert au chocolat avec le Canon EOS M50 Mark II.

    PHOTOGRAPHIE CULINAIRE

    La recette du succès : présentation du Canon EOS M50 Mark II

    Matt Adlard, pâtissier autodidacte et star des réseaux sociaux, a eu un avant-goût de l'EOS M50 Mark II.