ARTICLE

Photographier les merveilles naturelles de la Terre avec le Canon EOS R6

Qu'il s'agisse d'un ciel nocturne glacial parsemé de traînées de lumière verte provenant des aurores boréales ou d'un volcan crachant de la lave incandescente, vous avez besoin d'un équipement performant et fiable lorsque vous êtes au cœur de l'action. Timo Oksanen, « l'homme qui murmure à l'oreille des aurores boréales » et le photographe de voyage Dave Stevenson expliquent pourquoi ils ont tous deux opté pour l'appareil photo hybride plein format de Canon.
Une aurore boréale verte illumine le ciel au-dessus d'une montagne. On aperçoit la Voie lactée à proximité.

Le photographe Timo Oksanen, membre d'un groupe de chasseurs d'aurores boréales finlandais, parcourt des centaines de kilomètres chaque année à la recherche de superbes jeux de lumière. « Un ciel dégagé est indispensable », explique-t-il. « En octobre dernier, nous avons voyagé pendant cinq heures autour de la frontière entre la Finlande du Nord et la Norvège uniquement pour trouver un ciel dégagé, et nous sommes rentrés à 4 heures du matin. Vous pouvez toujours trouver plus de choses, comme de nouveaux endroits et les revisiter à différentes périodes de l'année. » Photo prise avec un Canon EOS R6 équipé d'un objectif Canon RF 15-35mm F2.8L IS USM à 15 mm, 10 s, f/2.8 et ISO 6400. © Timo Oksanen

Plusieurs fois par an, Timo Oksanen fait le trajet de 12 heures de sa ville natale en Finlande jusqu'en Laponie, la région la plus septentrionale du pays. Il part à la recherche des aurores boréales, ces phénomènes atmosphériques lumineux qui créent des jeux de lumière dans le ciel. « Je suis accro à leur beauté », ajoute Timo, qui se décrit en plaisantant comme 'l'homme qui murmure à l'oreille des aurores boréales'. « En tant que photographe, j'aime chasser les nuits où l'aurore boréale danse vraiment et trouver quelque chose de nouveau. »

Le photographe finlandais n'a aucunement regretté les longs trajets et a créé une galerie de photos d'aurores boréales à couper le souffle avec des séquences en time-lapse, réalisées avec son Canon EOS R6 qui se sont avérées extrêmement populaires sur les réseaux sociaux.
Le photographe de voyage professionnel Dave Stevenson partage la passion de Timo pour le spectaculaire, après avoir photographié le volcan du mont Bromo en Indonésie au lever du soleil, chassé des tempêtes aux États-Unis et s'être rapproché des gorilles de montagnes au Rwanda. « Je suis gaga des phénomènes naturels et j'adore être tout proche de quelque chose de si puissant », dit-il.

En Islande, lorsque le volcan Geldingadalir est entré en éruption en mars 2021 après huit siècles de sommeil, Dave a emporté le Canon EOS R6 et ses objectifs Canon RF 100-500mm F4.5-7.1L IS USM et RF 24-105mm F4L IS USM pour un voyage unique afin d'assister à l'événement. « Quand je suis arrivé pour la première fois sur la colline pour assister aux éruptions, voir des jets de lave de 15 à 18 m à une température de 1000 °C propulsés dans les airs était tout simplement incroyable », dit-il.

Les deux cas de phénomènes naturels ont posé des défis photographiques extrêmes, à savoir des conditions de prise de vue nocturne complexes et des climats rigoureux, et tous deux ont été une véritable mise à l'épreuve pour le Canon EOS R6. Ici, Timo et Dave listent l'équipement et les réglages de l'appareil photo qu'ils utilisent pour capturer leurs images spectaculaires et pourquoi l'EOS R6 hybride plein format est parfaitement adapté à des scénarios aussi complexes.
Un technicien portant des gants blancs nettoie le capteur d'un appareil photo Canon.

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).
La lave orange et la fumée s'élèvent dans le ciel bleu foncé au-dessus d'un volcan en éruption.

Il ne fait pas complètement nuit en Islande en juin, alors Dave n'avait qu'un créneau de deux heures, vers minuit, pour la prise de vue. « En réalité, il s'agit simplement de l'heure bleue, mais cela crée un bel équilibre entre le bleu riche du ciel et la couleur orange de la lave », explique-t-il. Photo prise avec un Canon EOS R6 équipé d'un objectif Canon RF 100-500mm F4.5-7.1L IS USM à 135 mm, 1/640 s, f/7.1 et ISO 2500. © Dave Stevenson

Comment le Canon EOS R6 a-t-il résisté à des conditions aussi extrêmes ?

Dave : Si vous voulez savoir si votre équipement photo est aussi résistant aux intempéries qu'on le prétend, emmenez-le en Islande. Le temps est très changeant, mais le problème n'est pas que l'équipement est mouillé, c'est qu'il reste mouillé pendant deux heures d'affilée !1 Mon équipement a pris la pluie encore et encore, et les flancs de la montagne étaient très sablonneux. En réalité, j'ai toujours fait confiance aux équipements professionnels Canon haut de gamme tels que le Canon EOS R6, et j'en suis ravi, car je ne pourrais pas y retourner et reproduire ces moments : c'était vraiment ma seule chance de voir un volcan si jeune et si puissant.

Timo : En octobre 2020, j'étais dehors par -30 °C1 jusqu'à sept heures par nuit. J'avais deux appareils photo en permanence pour réaliser des séquences en time-lapse, et j'ai pris 10.000 photos chaque nuit pendant une semaine. J'ai placé des chaufferettes sur les objectifs pour éviter qu'ils ne s'embuent par temps glacial, et positionné les appareils photo à 100 mètres l'un de l'autre pour pouvoir marcher entre eux afin de ne pas prendre froid. Même si les appareils photo semblaient un peu gelés après de nombreuses heures dans un froid aussi extrême, j'ai pu utiliser tous les menus et boutons sans aucun problème. J'ai gardé les anciennes batteries compatibles de mon appareil photo précédent, le Canon EOS 5D Mark IV, mais avec deux batteries LP-E6NH de capacité supérieure pour l'EOS R6, je n'ai même pas eu besoin de les utiliser, même lors des nuits les plus froides. Pour maximiser la durée de vie de la batterie, j'active le mode Avion, j'éteins le viseur et je règle l'écran sur le niveau de luminosité le plus faible. Les nuits où la température est stable, je n'ai pas besoin de changer la batterie.
Des traînées de lave zigzaguent sur le flanc d'un volcan.

« L'objectif 100-500 mm offre une plage de zoom optique 5x, et au cours des quatre jours, j'ai utilisé toute la plage », explique Dave. « Mon image préférée a été prise à une distance focale de 135 mm environ, mais les photos de lave détaillées surplombant la vallée ont été prises à 500 mm. » Photo prise avec un Canon EOS R6 équipé d'un objectif Canon RF 100-500mm F4.5-7.1L IS USM à 500 mm, 1/200 s, f/7.1 et ISO 1250. © Dave Stevenson

Quel a été votre objectif de prédilection et pourquoi ?

Timo : J'utilise habituellement l'objectif Canon RF 15-35mm f/2.8L IS USM pour les aurores boréales. Plus au nord, les aurores boréales occupent une plus grande partie du ciel, j'utilise donc souvent le réglage large de 15 mm. Plus au sud, plus près de chez moi, j'ai tendance à utiliser le 35 mm plus étroit pour capturer les aurores boréales à l'horizon. Avec le Canon EOS R6, vous pouvez pousser la sensibilité jusqu'à ISO 10.000. Par conséquent, l'ouverture f/2.8 de l'objectif RF 15-35mm est suffisamment large en basse lumière. C'est utile parce qu'idéalement, je n'ai pas besoin de changer d'objectif lorsque je suis dehors.

Dave : À mon sens, il était évident que les paysages grand-angles n'allaient jamais être des clichés impressionnants et hauts en couleur, et que j'aurais besoin d'un téléobjectif. Être capable de rester plus longtemps et de se déplacer en toute sécurité sur la colline était plus important que de s'en rapprocher. J'ai emporté le Canon RF 100-500mm F4.5-7.1L IS USM, qui est plus léger et plus petit que les autres super téléobjectifs. Cela m'a permis de faire de la place dans mon sac pour les fournitures, qui se sont avérées particulièrement utiles pour la longue randonnée sur une colline venteuse.

Comment avez-vous configuré l'EOS R6 pour faire vos photos ?

Timo : J'utilise toujours le mode Manuel (M) la nuit. Pour capturer les aurores boréales, j'utilise généralement les paramètres suivants : f/2.8, 1,3 s et ISO 8000. Puis j'ai réglé le minuteur d'intervalle sur des images illimitées à des intervalles de trois secondes. Si les aurores boréales ne se déplacent pas rapidement, je peux opter pour une vitesse d'obturation plus longue et diminuer la sensibilité ISO. Vous obtenez un rendu plus naturel pour les séquences en time-lapse en utilisant une vitesse d'obturation aussi rapide que possible. À 15 mm et f/2.8, la distance hyperfocale [le point de mise au point nette le plus proche lorsque l'objectif est mis au point sur l'infini] n'est que de quelques mètres, de sorte que les objets au premier plan ont tendance à être suffisamment nets pour ne pas avoir besoin de réaliser un empilement de mises au point. À moins de quelques mètres, il est rare d'avoir quelque chose dans le champ visuel, et il est très important d'avoir le ciel mis au point sur l'infini, pour que les étoiles restent nettes. Si j'utilise un objectif à focale fixe, je verrouille généralement la mise au point sur l'infini avec du ruban adhésif, mais avec l'objectif Canon RF 15-35mm f/2.8L IS USM, j'ai tendance à vérifier la mise au point chaque fois que je déplace l'appareil photo.
A meandering river surrounded by forest, shot under an orange and purple sky.

Le meilleur équipement hybride de Canon pour la photographie de paysage

L'ambassadeur Canon Radomir Jakubowski, un photographe de nature aux multiples récompenses, nous dit tout sur son équipement Canon EOS R préféré.
Dave : J'utilise souvent des vitesses d'obturation de 1/640 pour figer l'action. Là-bas, avec des éruptions aussi fréquentes, je n'étais pas pressé et je pouvais expérimenter des vitesses d'obturation plus lentes pour flouter les mouvements ou même le mouvement intentionnel de l'appareil photo. En règle générale, j'ai gardé l'ouverture maximale de f/7.1 du téléobjectif, quelle que soit la distance focale utilisée, afin de conserver les mêmes valeurs d'exposition manuelle et d'éviter d'avoir à jouer avec les changements d'exposition.
Les traînées de lave brillent en orange lorsqu'elles coulent sur les flancs d'un volcan.

« Chaque fois que vous prenez des clichés à distance, il y a une distorsion atmosphérique, et lorsque votre sujet est à 300 m et qu'il fait jaillir de la lave liquide brûlante, il y aura beaucoup de brume. Par conséquent, la mise au point doit donc être une priorité », explique Dave. « L'écoulement crée beaucoup de fumée et de brume de chaleur qui dérive sur le cratère, obscurcissant la vue. Les images peuvent sembler douces même avec une mise au point nette. » Photo prise avec un Canon EOS R6 équipé d'un objectif Canon RF 100-500mm F4.5-7.1L IS USM à 300 mm, 1/800 s, f/7.1 et ISO 4000. © Dave Stevenson

Pour ce qui est de la qualité d'image, comment le Canon EOS R6, avec son capteur CMOS plein format de 20,1 millions de pixels et ses capacités ISO élevées, vous a-t-il permis d'améliorer vos photos ?

Dave : Généralement, pour une prise de vue à f/7.1 à une vitesse minimale de 1/640 s pour figer l'action, j'avais besoin de régler l'appareil photo sur une sensibilité ISO 3200 environ. Il s'agit d'un des avantages de la prise de vue avec le dernier équipement : vous pouvez être vraiment agressif avec la sensibilité ISO. Compte tenu de la plage dynamique du volcan la nuit (il y a beaucoup de zones sombres là-bas), le bruit était évident. Aussi, il était très important que l'appareil photo prenne des images nettes en utilisant des sensibilités ISO élevées. Les ombres sont très nettes sur les images avec une sensibilité ISO 4000.

Timo : Les capacités en basse lumière du modèle EOS R6 sont son principal avantage : il semble mieux fonctionner à des sensibilités ISO élevées que d'autres appareils photo avec davantage de millions de pixels, il est donc préférable de l'utiliser pour la photographie de nuit. Lorsque j'utilise un objectif à focale fixe très rapide à f/1.4, je suis capable de filmer des vidéos en temps réel des aurores boréales à 25 i.m./s (1/25 s). Même avec une sensibilité ISO 51.200, la qualité est tolérable après avoir réduit quelque peu le bruit en post-production.
The skies above a mountain peak lit with green light trails from an aurora.

Parlez-nous de vos vidéos…

Timo : Pour les séquences en time-lapse, j'utilise un intervallomètre et je prends des images RAW individuelles, puis je les traite pour m'assurer qu'il y a une luminosité constante tout au long de la séquence, afin de garantir que les zones les plus claires de l'aurore boréale ne sont pas écrêtées. J'essaie de minimiser la vitesse d'obturation à une seconde avec un intervalle de temps minimal, afin que le time-lapse final ne soit pas trop saccadé et que le mouvement soit plus fluide. Les séquences en time-lapse se composent de 150 à 300 photos et permettent de créer une vidéo d'environ 15 secondes. J'aime créer plusieurs angles et les assembler en série.

J'enregistre des vidéos 4K en direct pour la partie la plus lumineuse et la plus active de l'aurore boréale, car la sensibilité ISO doit être de 51.200 en raison de la vitesse d'obturation de 1/25 seconde. Après avoir expérimenté avec et sans le profil Canon Log, je préfère le rendu du C-Log gradué, surtout maintenant que le C-Log 3 est disponible pour le Canon EOS R6 [via une mise à jour du micrologiciel]. Le filé sur une séquence vous permet également d'inclure une plus grande partie du paysage et d'observer l'arc complet de l'aurore boréale dans le ciel.
Un bateau à rames en bois repose sur des rochers enneigés au bord d'un lac, avec une montagne en arrière-plan. La scène est éclairée par des traînées de lumière bleue, rose et verte créées par l'aurore boréale que l'on aperçoit dans le ciel.

« J'essaie toujours de trouver un premier plan intéressant dans le tiers inférieur et de laisser l'aurore boréale remplir le reste du cadre », précise Timo. « Ce pourrait être des arbres ou des montagnes lointaines. » Photo prise avec un Canon EOS R6 équipé d'un objectif Canon RF 15-35mm F2.8L IS USM à 15 mm, 15 s, f/2.8 et ISO 6400. © Timo Oksanen

Un ruisseau tombe en cascade sur des rochers enneigés. Toute la scène est éclairée en vert par des aurores boréales dans le ciel.

« Mes images font également partie d'une séquence en time-lapse, où une aurore boréale peut commencer plus bas et monter plus haut à mesure qu'elle devient plus active », explique Timo. « L'aurore boréale peut sortir de votre écran, auquel cas vous devez courir pour trouver un nouvel emplacement pour recommencer la prise de vue. Il s'agit de problèmes positifs ! » Photo prise avec un Canon EOS R6 équipé d'un objectif Canon RF 15-35mm F2.8L IS USM à 35 mm, 8 s, f/2.8 et ISO 6400. © Timo Oksanen

Comment s'est passée la transition des reflex Canon vers le Canon EOS R6 ?

Timo : Le EOS R6 s'adopte facilement, ce qui est important étant donné que nous travaillons dans l'obscurité. Vous noterez un changement tangible au niveau de la prévisualisation de l'image et de l'utilisation du viseur. Même la nuit, vous voyez ce que vous verrez sur votre photo et l'élément le plus lumineux de la photo sera le vert de l'aurore boréale.

Dave : L'EOS R6 utilise les mêmes batteries que mon Canon EOS 5D Mark III (désormais remplacé par le Canon EOS 5D Mark IV) ce qui s'avère très pratique. De plus, les commandes sont les mêmes et je trouve qu'elles sont bien placées, mais sur un boîtier plus petit.

Auriez-vous des conseils pratiques ou techniques à partager pour celles et ceux qui souhaitent photographier les merveilles naturelles de la Terre ?

Dave : Vous créez ces situations pour vous-même. Lancez-vous, soyez courageux et osez différentes choses. Si vous l'essayez, poursuivez vos efforts et si vous ne capturez rien de valable, lorsque vous êtes de retour dans l'avion avec des vêtements qui dégoulinent dans votre bagage à main, vous pourrez dire que vous avez fait tout ce qu'il était possible de faire.

Timo : Allez-y et testez différentes choses ! Il faut un certain temps pour trouver votre propre style, l'appareil photo qui vous convient, les réglages de l'objectif appropriés et les préférences adéquates en matière de couleurs. Prenez des photos encore et encore, et vous parviendrez à trouver les paramètres qui vous donneront entière satisfaction.

En voici encore plus de la part de photographes capturant des conditions météorologiques extrêmes :

Rédigé par Tim Coleman


Articles liés

  • Affleurements rocheux de nuit dans le parc national de Zion dans l'Utah, aux États-Unis. Des traînées lumineuses suivent la route et la Voie Lactée illumine le ciel nocturne.

    ARTICLE

    Le côté sombre : photographie en basse lumière

    Valtteri Hirvonen a forgé sa technique dans la pénombre des longs hivers finlandais. Il nous révèle ici ses meilleurs conseils pour photographier en basse lumière.

  • Best lenses for landscape photography

    ARTICLE

    Les meilleurs objectifs Canon pour photographier des paysages

    David Noton, expert en photographie, vous recommande les meilleurs objectifs Canon pour tous les types de photographie de paysage.

  • Le danseur de ballet Lee Jay Hoy posant devant des bâtiments classiques de Palerme, en Sicile.

    ARTICLE

    Danser dans la lumière : photographier avec le Canon EOS R6

    L'ambassadrice Canon Wanda Martin revient sur sa séance photo de mode à inspiration artistique, la première séance photo réalisée avec le Canon EOS R6.

  • L'intérieur d'une grotte inondée avec des milliers de stalactites illuminées par des lumières bleues.

    ARTICLE

    Point de vue d'un expert : passer au plein format

    Le responsable marketing des produits Canon John Maurice s'exprime sur les questions que vous devriez vous poser lorsque vous envisagez de passer à un appareil photo plein format.

  • Recevez la newsletter

    Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro