PROFIL

Wanda Martin

Musician Lauren Auder lies on a bed, staring wistfully off-frame. Photo by Wanda Jenkins on a Canon EOS 5D Mark II.
« En 2018, Boycott, un magazine français, m'a demandé au dernier moment de prendre des photos de Lauren Auder, un talent hyper jeune et en devenir, à la fois musicien, artiste et mannequin. J'ai accepté, même si je ne connaissais pas sa musique à ce moment-là. Mais il m'a semblé correspondre tout à fait à mon univers et à mon esthétique avec son côté androgyne, ses longs cheveux et sa beauté féminine, » déclare Wanda Martin, ambassadrice Canon. « Les prises de vue de dernière minute sont toujours très stressantes. Au final, j'ai donc décidé de l'amener dans ma propriété à l'est de Londres et de demander à Fabian Kis-Juhasz, ma colocataire créatrice de mode, de l'habiller, en mélangeant les vêtements de Lauren à ses créations. » Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark II (désormais remplacé par le Canon EOS 5D Mark IV), équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS II USM à 40mm, 1/100 s, f/5 et ISO2000. © Wanda Martin

Inspirée par l'art tout en déclarant ne pas avoir la patience de s'exercer à la peinture, l'ambassadrice Canon Wanda Martin a su créer une œuvre grâce à la photographie qui rend hommage à ses héros fondateurs.

Amoureuse des beaux-arts dès son plus jeune âge, la photographe de portrait hongroise réalise des créations qui suscitent désormais l'admiration, pour leur style à la fois historique et moderne. « Les normes esthétiques et visuelles du mouvement pictorialiste sont une véritable source d'inspiration pour moi », explique Wanda. « Je suis particulièrement fascinée par les portraits de la Renaissance, par l'attitude avant-gardiste de la confrérie préraphaélite de la fin des années 1840, et par les caractéristiques visuelles des sous-cultures du XXe siècle tout aussi frondeuses, notamment le mode de vie rock'n'roll. Ils étaient tous des "marginaux", refusant la réalité et créant un nouveau système de valeurs pour leur époque. »

Qu'il s'agisse de photos de mannequins de mode ou de musiciens célèbres, le style de Wanda est aussi révélateur de l'époque qu'intemporel. « C'était au départ inconscient, mais à mesure de mon évolution, et de l'évolution de mon travail, cette approche est devenue délibérée, » précise Wanda.

Canon Ambassador Wanda Martin.


Lieu : Londres, Royaume-Uni
Domaines de spécialisation : mode, portrait et musique
Kit préféré :
Canon EOS-1D X Mark II
Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM

Wanda, née en 1991, a grandi dans la campagne hongroise. Elle reconnaît ne pas avoir été dotée de suffisamment de patience pour poursuivre une carrière artistique, mais en est venue à être attirée par la photographie. Elle prévoyait de suivre les traces de son père photographe, qui a tenté au départ de la dissuader de s'orienter vers une discipline reposant sur la créativité. En dépit de ses réticences, elle est partie à Budapest à l'âge de 18 ans pour obtenir un diplôme d'histoire et de cinéma, puis un diplôme dans les beaux-arts et la photographie conceptuelle. Une bourse de trois mois au London College of Fashion lui a permis d'apprécier la vie au Royaume-Uni, et à 23 ans, Wanda a décidé de s'installer à Londres où elle a obtenu un master en photographie de mode.

Au départ, Wanda s'est orientée vers la photo d'art. Mais après que sa colocataire, créatrice de mode, lui a demandé de prendre des photos de sa collection, des commandes de designers à Londres et à Budapest ont commencé à affluer. Les photos éditoriales qui ont suivi lui ont ouvert les portes de la photographie dans le monde de la musique.

Ballet dancer Sergei Polunin poses with a female model for a triptych of photos, taken by photographer Wanda Jenkins on a Canon EOS 5D Mark II.
« J'ai photographié le danseur de ballet ukrainien Sergei Polunin en 2017 pour le magazine russe SNC. Il est devenu l'étoile la plus jeune de l'histoire du Royal Ballet à l'âge de 19 ans, puis a bouleversé l'institution en la quittant soudainement en 2012, ce qui lui a valu le surnom de « bad boy du ballet », explique Wanda. « Je ne savais pas à quoi m'attendre avant la séance. J'étais à la fois nerveuse et excitée, mais au final, je n'ai pas beaucoup vu son côté "bad boy". Il avait une heure de retard mais ce fut l'un des artistes les plus adorables, les plus courtois et les plus professionnels avec lesquels j'ai jamais collaboré. » Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark II, équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS II USM à 1/125 s, f/11 et ISO2000. © Wanda Martin

Aujourd'hui, ses photos ornent les pages des magazines Vogue, Wonderland, Rollacoaster, FOXES, i-D et Numéro Russia. Elle travaille avec une multitude de musiciens - Atlantic Records et Sony Music figurent parmi ses clients - et sur des campagnes de publicité pour les marques de mode Marc Jacobs et Dior.

La passion de Wanda pour l'art influence ses projets personnels également. Dans la série exceptionnelle intitulée Painting Paraphrases, elle célèbre ses peintres préférés avec des autoportraits d'elle réalisés dans le style des femmes les plus emblématiques de l'histoire de l'art, notamment La Femme en bleu lisant une lettre de Vermeer, Judith et la tête d'Holopherne d'Allori, La Dame à l'hermine de De Vinci et Lady Lilith de Rossetti. Wanda affirme également puiser son inspiration dans « des histoires d'amour inhabituelles et des films sur des personnes extravagantes », en déclarant, « ce sont les personnages centraux de mon univers ». La culture des jeunes, les sous-cultures, les notions d'appartenance et d'opposition, le genre, et plus récemment, l'amour sont des thèmes que Wanda apprécie d'explorer, parallèlement à son parcours professionnel.

A diptych combining a still life and a portrait of a young man, taken by photographer Wanda Martin on a Canon EOS 5D Mark II.
« Au départ, ces deux images provenaient d'une série différente. La photo de nature morte a été prise en 2011, pendant ma première année universitaire à Budapest. J'ai étudié la photographie conceptuelle et artistique à l'université d'art et de design Moholy-Nagy. Je m'intéressais, à cette époque, à la morbidité et à la mort. J'ai essayé d'explorer le sujet dans mes photos de nature morte, en paraphrasant les peintures du XVII au XIXe siècle et en proposant une version axée sur la putréfaction. J'ai, ensuite, commencé à associer ces images à certains de mes portraits », explique Wanda. « Le portrait sur la droite représente Matthew, un garçon que j'ai rencontré à Londres en 2015. Je suis partie à Londres et mon intérêt pour la photographie conceptuelle s'est porté sur l'identité, l'étude du genre, la sexualité et les sous-cultures, attirée par l'envie de m'opposer et en même temps d'appartenir à quelque chose. » La photo de la nature morte a été prise avec un Canon EOS 5D Mark II, équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS II USM à 1/160 s, f/16 et ISO100. Le portrait de Matthew a été réalisé avec un Canon EOS 5D Mark II, équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L USM à 1/125 s, f/22 et ISO100. © Wanda Martin

Les projets de Wanda font partie d'expositions collaboratives organisées à Budapest, à Londres et au Luxembourg, et elle prépare actuellement sa première exposition en solo. Elle fait également preuve d'innovation dans son parcours professionnel en explorant le cinéma, après avoir réalisé plusieurs vidéoclips et courts-métrages, bien qu'elle reconnaisse, en toute modestie, devoir développer ses compétences narratives avant de s'engager dans un projet plus conséquent. « Je suis plus habile sur des visuels et pour traduire une atmosphère éthérée que pour raconter une histoire spécifique, » admet-elle.

« Parfois, lorsque je travaille sur une séance photo, je commence à faire un peu de vidéo également. Il est toujours préférable de réaliser des bandes-annonces de quelques secondes et la vidéo est aussi parfois plus adaptée à certains scénarios. Travailler avec un appareil photo reflex tel que le Canon EOS-1D X Mark II m'aide vraiment, car je suis en mesure de faire des vidéos à tout moment et en tout lieu, tout en bénéficiant d'une qualité exceptionnelle. »

Three young people lie on a patterned rug in a beam of sunlight. Photo by Wanda Martin on a Canon EOS Mark II.
« Cette photo faisait partie d'un travail éditorial réalisé juste après mon master au London College of Fashion », précise Wanda. « Je collaborais alors avec une étudiante styliste et la photo était censée être intégrée à un magazine qu'elle prévoyait de créer. Je ne pense pas que le magazine ait jamais vu le jour, mais c'est l'une de mes photos préférées. Même si initialement, c'était une photo de mode, elle raconte malgré tout une histoire et est en phase avec tous les thèmes sur lesquels je travaille : rechercher son identité, la culture des jeunes, les sous-cultures et le genre. » Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark II, équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L USM à 24mm, 1/125 s, f/7.1 et ISO1000. © Wanda Martin

Dans quelle mesure la personnalité d'un photographe peut-elle avoir une incidence sur ses photos ?

« J'apprécie l'atmosphère conviviale en studio. Je suis une bonne communicante et n'ai donc aucun mal à mettre les mannequins à l'aise. Nous discutons, apprenons à nous connaître, écoutons de la musique à plein volume, de préférence du rock, et même si c'est un travail difficile, nous y prenons du plaisir, ce qui est toujours garant de meilleurs résultats au final. »

Votre style se caractérise principalement par la manière dont vous utilisez la lumière. Comment votre technique a-t-elle évolué au cours de votre carrière ?

« Avant, j'avais l'habitude de réaliser des prises de vues sur le terrain en utilisant exclusivement la lumière naturelle, mais c'était davantage le fruit d'un manque de confiance. Au fil des années, j'ai développé mes compétences en éclairage de studio, mais je préfère toujours la lumière naturelle. Lorsqu'elle pénètre par la fenêtre, elle apporte une note très artistique, similaire aux tableaux de Vermeer. J'aime également allier la lumière naturelle à des petites pointes d'éclairage, même de façon très "artisanale", en utilisant une petite lampe ou un flash. »

Quel est l'enseignement le plus utile que vous avez tiré de votre carrière ?

« Je suis à la fois extrêmement impatiente lorsque je travaille et perfectionniste, ce qui est épuisant. J'apprends à apprécier l'instant présent plutôt que d'être en permanence sur la route et de passer d'une séance à une autre sans réellement en profiter. Mais cela ne veut pas dire que je ne m'ennuie jamais. »

Y a-t-il une mission qui vous a marquée comme étant la plus poignante ou unique ?

« En octobre 2018, j'ai réalisé des photos pour FOXES Magazine lors d'un festival à Joshua Tree, en Californie, appelé Desert Daze. On m'a dit que j'avais cinq minutes pour prendre des photos en coulisse du groupe Eagles of Death Metal. Cinq minutes qui sont passées à 20, et Jesse Hughes, le chanteur principal, m'a tout d'un coup demandé : "Vous voulez voir mon arme ?". J'ai ri et lui ai répondu : "Ouais, bien sûr". Il est donc retourné dans sa chambre et est revenu avec son arme. Il a commencé à la charger devant moi et je n'ai pas cessé de prendre des photos de lui. Pendant ce temps-là, il m'a parlé de l'attentat terroriste qui a eu lieu lors de son spectacle au Bataclan, à Paris en 2015, où près de 100 personnes ont été tuées, et de ce qu'il a ressenti. Jusqu'à ce jour, je pense toujours que ces portraits sont parmi les plus poignants. »

Instagram : @wanda_martin
Facebook : Wanda Martin
Site Web : wanda-martin.com

Ce que je sais
Wanda Martin

« Être présente sur les réseaux sociaux est essentiel : on y expose en quelque sorte son book en ligne et ils représentent la meilleure plate-forme pour échanger. Lorsque j'étais à l'université, je pensais que la réussite reposait sur la nécessité d'avoir un agent. Mais aujourd'hui, c'est différent. Vous devez être votre propre agent. Même si vous en avez un, vous devez malgré tout créer votre réseau en participant activement aux réseaux sociaux. Faites simplement preuve d'enthousiasme par rapport à ce que vous faites et les gens réagiront à cela. »

L'équipement de Wanda Martin

L'équipement utilisé par la plupart des photographes professionnels

Wanda Martin's kitbag, containing Canon cameras, lenses and a Speedlite.

Appareils photo

Canon EOS-1D X Mark II

Un système autofocus net et précis dans un boîtier compact à la rapidité légendaire. L'appareil photo préféré de plus d'un professionnel. « Ce fut le coup de foudre, » déclare Wanda. « Il me facilite tellement la vie car j'adore prendre des photos sur le terrain en utilisant la lumière naturelle. En outre, vous pouvez utiliser des sensibilités ISO très élevées sans bruit. Et il est aussi très bien pour la vidéo. »

Canon EOS 5D Mark II

L'appareil photo de secours qu'utilise Wanda est le modèle qui a précédé le Canon EOS 5D Mark IV, un appareil polyvalent et robuste, capable de prendre des images superbes dans toutes les situations. « Je l'utilise depuis huit ans et il m'a permis de réaliser la plupart de mes prises de vue jusqu'à présent. On a vécu pas mal d'aventures ensemble, » explique Wanda. « Aujourd'hui, je l'emporte généralement avec moi comme appareil photo de secours, en cas de besoin. »

Objectifs

Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM

L'objectif favori de nombreux photographes professionnels, le modèle EF 24-70mm f/2.8L II USM, offre une qualité d'image exceptionnelle ainsi qu'une ouverture rapide de f/2.8 sur toute la plage focale. « J'aime travailler rapidement et le dynamisme est essentiel pour moi », déclare Wanda. « C'est pourquoi je préfère utiliser des objectifs zoom comme celui-là. Il me permet de faire davantage preuve de spontanéité. »

Canon EF 24-105mm f/3.5-5.6 IS STM

Cet objectif, qui s'adapte à toutes les situations et est doté d'une fonction de stabilisation d'image avancée, est idéal pour les photographes qui préfèrent emporter un seul objectif lors d'une séance photo. « Je l'adore en raison de la polyvalence de son objectif zoom et de son prix très abordable. Il est donc parfait pour les photographes débutants », ajoute Wanda.

Canon EF 50mm f/1.8 II

Cet objectif à grande ouverture, le prédécesseur du modèle EF 50mm f/1.8 STM, est idéal pour des portraits artistiques en basse lumière. « Mon frère me l'a offert il y a des années et je l'utilise principalement pour des prises de vue en basse lumière. »

Accessoires

Canon Speedlite 580EX II-RT

Les flashs du Speedlite de Canon vous permettent de contrôler votre éclairage, à la fois en mode interne et externe. « Je l'ai beaucoup utilisé, notamment pour réaliser des prises de vue de groupes ou la nuit en basse lumière », explique Wanda. « Il m'accompagne, en cas de besoin. Mieux vaut se préparer à toutes les situations. »

Articles liés

Tout afficher

Canon Europe
Programme Ambassador

Découvrez le fonctionnement du programme Ambassador et rencontrez les photographes remarquables choisis pour représenter Canon.

En savoir plus

Canon Ambassador Jaime de Diego

Canon Professional Services

Les membres bénéficient de l'assistance prioritaire CPS, localement et lors d'événements majeurs, d'un service de réparation prioritaire et, selon leur niveau d'adhésion, du prêt gratuit de matériel de remplacement, de la gratuité des frais de retour et de remises pour les services de maintenance. Ils peuvent également profiter d'offres exclusives réservées aux membres.

S'inscrire

En savoir plus

Canon Professional Services